• Temps de lecture : 8 minutes
  • Difficulté de mise en pratique : ★★★★☆ (difficile)

Introduction

J’ai récemment constaté que beaucoup de mes amis plus ou moins proches avaient un petit souci. Ils arrivent difficilement à dire non, même lorsqu’il s’agit de choses très banales :

  • Alors tu viens avec nous ce soir ? On compte sur toi ! 😉
  • Allez, un petit McDo de plus ça ne fait pas de mal.. Sois pas coincé(e) ! 😏
  • Faut bien voir ce que ça fait de fumer une fois dans ta vie, alleeeeezz.. 😌

Lorsque je leur demande pourquoi ils ne disent pas non tout simplement, j’ai en général trois types de réponses :

  • Michelle Mouton : Non mais je peux pas… ce serait bizarre et faut bien s’amuser entre amis. 🐏
  • Rémi Susceptible #MisterV : Y a tout le monde qui sort ce soir ! Les gens vont croire que je suis asocial.. 😳😥
  • Jean Balek : Pourquoi pas en vrai ? J’avais rien d’autre à foutre.. 😒

Il est clair que ces raisons se valent, mais lorsqu’on arrive au point où l’on fait des choses contre son grès (et même très légèrement, arrêtez de vous mentir à vous-même sivouplé), alors faut bien se bouger les fesses et comprendre définitivement le mécanisme du NON.

Ça tombe bien, j’adore décortiquer des trucs aussi courants. Découvrons ensemble comment dire non – respectueusement, fréquemment, et efficacement !

Dire non aujourd’hui n’est pas facile…

…puisqu’on en ressort toujours avec un petit goût de culpabilité, assez amer. 😖 Bien sûr, c’est beaucoup plus facile de répondre oui dans ces moments là.

Dire non aux autres implique du courage, des raisons, de l’énergie, de la confiance en soi et des explications, n’est ce pas ? Rassurez-vous, nous allons détruire toutes ces idées reçues dans cet article avec un exterminateur de punaises de lit agréé.

Bon j’avoue… J’ai un peu abusé là 😂

Savoir dire non, c’est savoir prioriser les divers départements de sa vie et savoir protéger ses intérêts personnels.

Au contraire, dire oui alors qu’au fond on pense NON est le meilleur moyen à long terme de se retrouver en PLS noyé dans le sud du Pacifique en train de vouloir plaire à tout le monde et à vouloir satisfaire tous leurs besoins. C’est strictement impossible !

De plus, cela crée des imprévus, déforme vos journées, et vous empêche de vous focaliser sur ce qui est vraiment important pour vous.

Voici les 3 clés fondamentales pour devenir maître dans l’art de dire non :

I | Définissez vos priorités :

À quoi voulez-vous dire oui concrètement ?

La plupart des gens ne sont occupés que par des activités que leur propose « le système » : des études, un travail, la gestion de la paperasse administrative, etc.

Dès qu’ils se retrouvent libres, le weekend ou les soirs, ils ne savent plus quoi faire. Du coup, helloooooo la dépression. 🤗 Ah non, attendez une seconde : y a Jean-Kevin qui m’invite à sa soirée. Bah du coup, pourquoi pas ? #Jean-Balek Mode

Alors vous allez me dire : par quoi devrais-je être occupé(e) ?

Vous devez être centré(e) sur vos priorités. Et pour cela, c’est très simple : vous devez définir vos priorités. Prenez une feuille A4 blanche là maintenant, pliez-là en deux pour une meilleure ergonomie 🧐, et répondez très brièvement à ces 5 questions :

  1. Quels sont vos buts dans la vie ?
  2. Qu’aimez vous faire au quotidien ?
  3. Quelles sont les expériences que vous souhaitez vivre ?
  4. Quel est votre rêve le plus fou ?
  5. Qu’est ce qui vous rend enthousiaste et excité ?

Cette première ébauche, bien que très floue encore, est un excellent départ. Prenez donc le temps de faire ce petit exercice. Faites-le pour vous.

Toutefois, si vous pensez que sortir en boite est LE TRUC qui vous rend heureux, et qui vous fait sentir vivants, vous ne devez avoir qu’une et une seule priorité en tête : apprendre à vous connaître !

Voici un article pour vous aider dans ce processus : QUE FAIRE lorsqu’on s’ennuie ?

II | Classez vos priorités :

Une fois vos buts clairement identifiés, il va falloir les classer par ordre d’importance & d’urgence.

  • Que voulez-vous faire en premier ?
  • Quelle expérience devrez-vous absolument avoir pour pouvoir accomplir vos prochains objectifs ?

Établissez également une liste de critères que doivent respecter les futures invitations que vous allez recevoir pour optimiser votre système de sélection.

Pour cela, recherchez les événements qui vont vous apporter beaucoup de valeur ajoutée et qui vont vous permettre d’avancer significativement dans vos projets. Voici quelques exemples :

  • Invitations à des conférences, séminaires, formations ⟶ Oui car je vais apprendre de nouvelles stratégies qui vont me permettre de progresser beaucoup plus vite dans toutes les sphères de ma vie.
  • Invitation à sortir en boîte, en soirée ⟶ Mmmmm… ça dépend. Il y a quelques temps je sortais encore assez souvent car j’avais pour objectif à moyen terme d’être plus flexible, d’apprendre à mieux connaître les autres, à développer mon cercle d’influence, etc. Cependant, dès que vous avez dépassé un certain seuil d’apprentissage, cela passe directement dans la case NON, car l’activité en question ne vous apporte plus grand chose.

Nota Bene : Néanmoins, sachez que 99% des gens qui sortent le soir ne le font pas parce qu’ils ont des objectifs précis en tête liés à leur développement personnel, mais surtout pour combler leur solitude, et fuir leur triste réalité – qu’ils ont eux-même créée ou acceptée. Ne faites pas partie de ce club.

D’après les deux exemples ci-dessus, on peut déjà avoir un certain recul et en tirer quelques critères :

  • Critère n°1 | Apprentissage de nouvelles stratégies : pour son développement personnel, son business, ses loisirs, etc.
  • Critère n°2 | Progression dans le domaine relationnel : se faire des amis, appliquer certains principes lus dans un livre, développer son langage non verbal, ses capacités à communiquer, etc.

Maintenant que vous voyez un peu comment est agencé le mécanisme de triage des priorités, faites de même en fonction de vos projets à vous.

III | Dites NON par défaut :

Une fois vos priorités définies, dites toujours non par défaut.

  • Jean-Timide : Mais Amine, faut-il être aussi violent à chaque fois ? 😰
  • NH2 : Mais non, tranquille wesh. 😌

Pour ne pas paraître brutal(e), vous devrez mettre en place une petite liste de phrases polies types en fonction des situations qui reviennent le plus souvent dans votre vie.

Vous serez dès lors beaucoup plus efficace et prêt(e) à les dégainer tel un cowboy / ou une cowgirl dès qu’une invitation surgit de nulle part. En voici quelques unes que j’utilise :

  • Soirée | J’aurais vraiment aimé pouvoir être là… mais j’ai énormément de choses à faire en ce moment. Amusez-vous bien ! 😀
  • Réunion | J’ai un rendez-vous prévu ce soir. Mais t’inquiètes, j’ai demandé à Jean-Présent de me faire un rapport pour que je sois à jour. 👌
  • Autre | Je suis vraiment [ fatigué / malade / pas bien ] en ce moment. 🤒🤢 J’ai besoin d’être seul(e) et me reposer un peu… Je suis sûr que tu me comprends. 🙂 

Mais alors quand est-ce qu’on dit oui ? Comme vu tout à l’heure, seulement lorsque l’invitation en question vous permet d’avancer significativement dans vos projets & priorités : elle doit donc répondre à la plupart des critères que vous aviez établis juste avant. C’est aussi simple que ça.

Enfin, si vous doutez, que l’événement vous intéresse mais que vous ne savez pas trop si vous aurez du temps d’ici là, j’aime beaucoup utiliser cette petite phrase magique :

  • Écoutes, pour l’instant je ne peux pas me projeter aussi loin… mais ça m’intéresse beaucoup ! Je vais y réfléchir. Je te tiens au courant ! 😉

Bonus | Idée reçue lvl 666 :

  • Mais voyons Amine, c’est très égoïste de dire non ! 😱

Bon d’accord. Maintenant, voyons si nous sommes d’accord sur ce point. La journée de Bill Gates fait 24h. Celle d’Elon Musk, d’Oprah Winfrey ou de Mark Zuckerberg aussi. Celle de Jean-Balek également.

Ce qui fait que les quatre premiers sont allés loin et ont grandement approché la meilleure version d’eux-même contrairement au cinquième individu repose tout simplement sur l’identification et le tri de leurs priorités !

Une journée fait donc 24 heures. Et théoriquement, vous ne pouvez pas planifier 27 heures d’activités. C’est mathématique – Niveau CP.

Maintenant, retenez qu’il y a deux types d’égoïstes dans ce monde :

Le mauvais égoïste, très présent de nos jours, qui va rabaisser les autres pour se sentir mieux – parce que c’est trop facile. Qui va faire tout et n’importe quoi pour fuir sa réalité et priver le monde de ses talents. 😞

Le bon égoïste, qui va focaliser son temps et son énergie sur son enrichissement personnel à tous les niveaux – physique, spirituel, intellectuel, relationnel & émotionnel – pour ensuite redonner aux autres : à sa famille, ses enfants, et participer activement à la construction d’un monde meilleur ! 😎

Soyez donc égoïstes. 😈 De bons égoïstes !

Au final, voyez-vous un peu où je veux en venir ? Le fait de croire que dire NON est égoïste découle tout simplement d’une fucking d’excuse, créée par des gens qui ont peur d’affronter la réalité et d’oser construire de grandes choses

Entretenir cette croyance limitante, c’est vous auto-brider : vous n’osez plus chercher à voir grand, puisque voyons, c’est égoïste 😏. D’ailleurs, un article sur les croyances limitantes est en cours de conception et sera bientôt disponible.

En bref, mon conseil est très simple : déracinez définitivement et le plus vite possible cette idée reçue de votre tête ! 👊

 


Pour conclure

Vous avez maintenant en main des outils très puissants pour dire « non » poliment et efficacement. Ainsi, vous gagnez du temps, de l’énergie et économisez plus d’argent pour investir le tout dans des projets qui comptent vraiment pour vous.

Toutefois, ces outils ne font que réduire la culpabilité et l’anxiété ressentie lorsque vous dites non. Ils ne la suppriment pas totalement… et heureusement ! Parce que cette petite dose de bon stress est nécessaire pour préparer notre corps à affronter ce genre d’événements.

Mais souvenez-vous que plus vous direz non, et plus cela vous deviendra familier. En définitive, vous vous focaliserez d’avantage sur des projets qui méritent un grand OUI ! 😤

When you say YES to others, make sure you’re not saying NO to youself.” – Paul Coelho


Avec amour et gratitude,

Votre ami & coach,
Dr. Nh2
.

Articles complémentaires pour approfondir le sujet :